FOOTBALL CLUB RISCLOIS : site officiel du club de foot de RISCLE - footeo

un quart de Bordeaux

17 mars 2010 - 23:05

Bordeaux a encore battu l'Olympiakos (2-1) mais s'est fait peur. Il rejoindra Lyon en quarts de finale. Du jamais-vu côté français depuis 2004.

Pour la première fois depuis six ans, il y aura deux clubs français en quarts de finale de la Ligue des champions. Après l'exploit des Gones à Madrid mercredi dernier, Bordeaux s'impose ce soir.

le FCGB se qualifie au terme dun match disputé. Serein et dominateur en première période, les Girondins ont perdu leurs moyens dans la 2° mi-temps laissant une chance aux grecs.Mais finalement la tête de Chamakh en fin de match, assure la victoire aux bordelais.

Seule la suspension de Diarra aura gâché un la fête.

NB

 

 

 

Vu sur l'équipe

Un quart de Bordeaux

Bordeaux s'est fait peur mais a encore battu l'Olympiakos (2-1) pour accéder aux quarts de finale avec l'OL. Du jamais-vu côté français depuis 2004.

Pour la première fois depuis six ans, il y aura deux clubs français en quarts de finale de la Ligue des champions. Après le retentissant exploit de Lyon à Madrid la semaine passée (1-0, 1-1), Bordeaux a ajouté mercredi soir une deuxième étoile tricolore dans le ciel européen. Les Girondins, pas toujours d'une grande sérénité, sont difficilement venus à bout de l'Olympiakos (2-1). Ils ont débuté la partie en position de force après leur victoire à l'aller (1-0) et il restait à finir le travail. D'abord, il a été vite et bien fait, Gourcuff assurant le coup au bout de cinq minutes d'un sublime coup franc (5e, 1-0). Mais entre la 65e et la 88e, les Girondins ont été à un but de l'élimination et Carrasso a eu très chaud... Le ''président'' ne peut qu'être à moitié rassuré sur ce qu'il a vu. Ses joueurs lui ont apporté en première période de belles garanties avant un printemps qui s'annonce aussi brûlant que passionnant. Mais les Bordelais, toujours en course en L1, C1 et Coupe de la Ligue, ont trop souvent déjoué en seconde pour que le tableau soit parfait.

Bordeaux a démarré pied au plancher, comme s'il avait besoin de combler un but de retard. Une entame de mort de faim qui s'est avérée payante. Après à peine cinq minutes de jeu à sens unique, Wendel a été bousculé. Le coup franc direct excentré côté gauche de Gourcuff a magistralement fini dans la lucarne opposée (5e, 1-0). La qualification était alors pliée ou quasiment. De nouveau buteur après des semaines sans étincelle, Gourcuff a bel et bien signé son grand retour. Toujours aussi juste techniquement, le Zidane des temps modernes a failli récidiver sur coup franc juste avant la pause. Même endroit et presque même effet, le ballon échouant cette fois sur la transversale (44e). C'était la première balle de match.

L'Olympiakos, guère dangereux jusque-là en raison d'un jeu beaucoup trop bas, est sorti de sa torpeur à partir... de l'heure de jeu. Paradoxalement quand il était en infériorité numérique suite au renvoi au vestiaire de Torosidis (60e). Alors que Bordeaux avait les moyens d'enfoncer le clou et de se mettre à l'abri, cette exclusion a ragaillardi des Grecs qui n'avaient alors plus rien à perdre. Et sur une touche de Raul Bravo, Mitroglou a repris instantanément le ballon à l'entrée de la surface pour signer l'égalisation (65e, 1-1). L'expulsion de Diarra pour deux cartons en moins de cent vingt secondes (66e et 68e) a fini par jeter le trouble. Bordeaux a tremblé sous la pression grecque mais a résisté mais jusqu'au bout avant la délivrance signée Chamakh, au moment où le partie pouvait basculer d'un côté comme de l'autre (88e, 2-1). Bordeaux disputera dans quinze jours un quart de finale de C1 pour la première fois depuis 1988. En 1985, il avait poussé l'aventure jusqu'au dernier carré. - David MICHEL, à Bordeaux

 

 

Vu sur l'équipe : la chronique d'Emmanuel PETIT

 

Bordeaux devra méditer ça

Les Girondins restent très compétitifs après leur période de turbulence. Mais ils devront être un peu moins distraits en quart de finale, écrit Emmanuel Petit.

 

Bordeaux a montré deux visages contre l'Olympiakos. On pensait que l'équipe avait fait le plus dur en marquant très rapidement. Bordeaux maîtrisait complètement l'événement. L'Olympiakos avait toutes les peines du monde à être dangereux. L'affaire semblait pliée, à moins que Bordeaux se mette tout seul en difficulté. Et c'est arrivé, coup sur coup, avec un but extrêmement stupide suite à une touche, puis avec l'expulsion de Diarra. Encaisser un tel but à ce niveau, c'est un problème d'attention, probablement un excès de confiance. Cela a donné lieu à un quart d'heure extrêmement délicat. L'Olympiakos, au fond du trou juste avant, était à deux doigts de se qualifier. Chamakh, heureusement, s'est bien rattrapé. Il avait eu une occasion en or, ratée, lors d'un face à face. Mais avec toute sa volonté, il a catapulté ce but en survolant son duel aérien. Je voudrais adresser un coup de coeur à ce joueur, durement critiqué ces derniers temps, en raison de son départ annoncé et de son implication politique lors des régionales. On a senti toute sa volonté et tour l'amour qui le lie aux Girondins pour écraser les espoirs des Grecs et délivrer tout un stade. Il a montré ses capacités mentales à faire face à l'adversité.

Sur les deux matches, on a vu un Bordeaux dans la continuité de ce qu'il réalise depuis le début de sa campagne. Il doit cependant méditer ses erreurs du soir, car les fautes d'inattention qui l'ont mis en porte-à-faux pourraient coûter cher en quart de finale. Avec Bordeaux, on a souvent l'impression que l'équipe se met seule en difficulté contre des équipes à sa portée tandis que contre les grands d'Europe, elle sortira une grosse performance à tous les niveaux. Contre l'Olympiakos, disons que c'était le minimum syndical. Bordeaux ne s'est pas sublimé, mais a rassuré par rapport à tous les déboires défensifs de ces dernières semaines. Il y a eu plus de cohésion par rapport aux dernières prestations, où les joueurs ne respectaient plus les consignes et commettaient trop d'erreurs individuelles.

Cela dit, si on cumule les occasions manquées par les Grecs à l'aller et au retour, il n'est pas certain qu'Arsenal, Manchester ou Barcelone aient autant de déchet devant le but. Bordeaux est une équipe capable d'offrir plusieurs visages, mais il a obtenu ses principaux succès sur une grosse cohésion défensive collective. Il explosait à la récupération tout en respectant les consignes. Ce qui est intéressant, c'est qu'après avoir traversé deux mois très compliqués, les Girondins sont toujours leaders en L1, ils sont en finale de la Coupe de la Ligue, qualifiés pour les quarts de finale de la Ligue des champions. Pour une équipe ballottée qui a dû remettre en cause ses fondamentaux, je trouve qu'elle traverse pas mal les orages et qu'elle est très compétitive. En L1 comme en Ligue des champions, les Girondins ont peut-être des adversaires capables de les surclasser, mais ils ne se sont pas montrés pour l'instant. - Emmanuel PETIT

 


 

 

Commentaires

[Sujet supprimé] et [Sujet supprimé] 1 an
Toto Bernard est devenu membre plus de 2 ans
Bug Bugbug est devenu membre plus de 3 ans
FC RISCLOIS vient de remporter le trophée 10 membres plus de 3 ans
Castéra Verduzan / F.C.Riscle 1 - PROMOTION D EXCELLENCE et 3 autres : résumés des matchs plus de 4 ans
F.C.Riscle 2 - PROMOTION DISTRICT / Pavie 3 plus de 4 ans
F.C.Riscle 2 : nouveau joueur plus de 4 ans
F.C.Riscle 2 - PROMOTION DISTRICT / Pavie 3 : résumé du match plus de 4 ans
F.C.Riscle 2 - PROMOTION DISTRICT / Monfort 3 et 5 plus de 4 ans
F.C.Riscle 1 - PROMOTION D EXCELLENCE / Pauilhac et 2 autres : résumés des matchs plus de 4 ans
F.C.Riscle 1 - PROMOTION D EXCELLENCE / Pavie et 6 plus de 4 ans
F.C.Riscle 1 : nouvel encadrant plus de 4 ans
Yannick MALTEMPI plus de 4 ans
F.C.Riscle 1 : nouveau joueur plus de 4 ans
F.C.Riscle 1 - PROMOTION D EXCELLENCE / Duran et 5 plus de 4 ans

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 2 Présidents
  • 1 Dirigeant
  • 1 Entraîneur
  • 5 Joueurs
  • 1 Supporter